Putting Food Waste to Good Use

Création de matériaux d'emballage biodégradables à l'aide de biomatériaux issus de déchets agricoles.

Près d'un tiers de la nourriture produite dans le monde finit par être gaspillée. Au total, cela génère 3,3 milliards de tonnes de gaz à effet de serre par an. Dans le même temps, les fabricants cherchent des alternatives à l'utilisation de plastiques non biodégradables dans leurs produits et emballages. Ces deux problèmes distincts ont été résolus grâce à une solution improbable : la création de plastique biodégradable à partir de déchets alimentaires.

Si cette solution semble trop belle pour être vraie, c'est en grande partie parce que seul un type très spécifique de déchets alimentaires permet d'utiliser cette technique : les déchets issus du lait. Cependant, une grande partie de la nourriture gaspillée chaque année est d'origine laitière, ce qui signifie que la matière première ne manque pas. La technologie en question provient d'un fabricant américain qui s'appelle Mi Terro. Cette société a mis au point un moyen d'utiliser les déchets de produits laitiers pour créer des fibres qui sont ensuite filées en tissu. D'autres recherches ont permis de mettre au point une méthode d'utilisation des céréales usagées pour créer un matériau d'emballage souple pouvant remplacer le plastique.

Si l'idée de fabriquer une chemise à partir de lait périmé semble un peu étrange, la possibilité de créer un matériau d'emballage souple a attiré l'attention des fabricants, qui voient là un moyen de se passer des plastiques plus traditionnels. S'il est certainement possible de recycler les emballages en plastique, les ressources et les infrastructures nécessaires pour y parvenir sont exigeantes. Malheureusement, le fait est qu'une grande partie du plastique finit dans les décharges ou sur des barges flottantes géantes, même s'il est recyclable. L'élimination totale de l'utilisation de plastiques non biodégradables semble être une meilleure option.

Le comportement des consommateurs semble également aller dans ce sens. Les entreprises qui sont en mesure de communiquer leur engagement en faveur d'une fabrication et d'un emballage éthiques et durables sont très appréciées des consommateurs. Parmi les effets secondaires inattendus de la pandémie de COVID-19, on remarque une prise de conscience accrue de l'importance d'un approvisionnement alimentaire durable, mais également un plus grand intérêt pour la question du gaspillage alimentaire. Au début de la pandémie, en particulier, certaines pénuries dans la chaîne d'approvisionnement ont fait prendre conscience à de nombreux consommateurs, qui n'auraient normalement pas été exposés à des pénuries alimentaires, des difficultés concrètes que ces dernières peuvent causer. Trouver un moyen de réduire le gaspillage alimentaire, et de recycler les déchets ou de les utiliser d'une autre manière, est soudain devenu une priorité pour des personnes qui n'y avaient peut-être jamais pensé auparavant.

Il n'est donc pas surprenant que Mi Terro ait constaté une augmentation des demandes pour sa technologie de la part des fabricants. En particulier, la société attire l'attention de fabricants basés en Europe, où les réglementations gouvernementales mettent la pression sur l'industrie afin d'éliminer complètement l'utilisation de plastiques non biodégradables ou non compostables. Bien entendu, il faudra du temps pour mettre fin à la dépendance à l'égard de ces matériaux, et il est peu probable que la solution de Mi Terro permette à elle seule de résoudre le problème. Cependant, elle constitue une approche innovante pour la résolution des problèmes liés aux déchets alimentaires et aux plastiques non biodégradables.

L'entreprise Mi Terro dispose aujourd'hui de deux avantages : sa technologie permet de produire un emballage respectueux de l'environnement pour un coût inférieur à celui de nombreuses autres solutions et le regain d'intérêt dont elle bénéficie l'aidera sans doute à financer la recherche sur les utilisations d'autres types de déchets alimentaires. Il reste encore beaucoup de chemin à parcourir avant que l'on puisse se passer complètement du plastique dans les matériaux d'emballage, mais l'avenir semble prometteur.

En savoir plus :

Upcycling food waste into a biobased plastic alternative (article en anglais sur foodnavigator.com)

Cet activiste lutte contre le gaspillage alimentaire en transformant du lait périmé en T-shirts (globalcitizen.org)

Remplacer le plastique par des biomatériaux fabriqués à partir de déchets agricoles – Mi Terro